Dans le contexte économique actuel, il devient extrêmement facile de faire des achats à crédit. Si-bien que les Canadiens sont maintenant à un niveau d’endettement jamais vu auparavant. Le crédit est certainement un moyen efficace pour soutenir une économie fragile car elle favorise la consommation. Les profits des entreprises sont donc au rendez-vous ce qui leur permet de continuer d’employer leur personnel.

Par contre, il y a une limite maximale que nous pouvons atteindre comme consommateurs en terme d’endettement. L’idée n’est pas d’éliminer toute dette de votre portrait financier, mais plutôt d’avoir un équilibre entre la dette, l’épargne et l’achat comptant. Par exemple, les cartes de crédit, les marges de crédit et les prêts personnels sont supposés être des dettes à très court terme. Lorsqu’on utilise ces moyens de financement à long terme, les taux d’intérêt élevés deviennent des montants exorbitants en dollars. D’un autre côté, le prêt hypothécaire, le prêt automobile et le prêt étudiant sont des dettes qui sont plus acceptables sur le long terme. Une liste trop longue de dettes peut finir par peser lourd sur l’état de vos finances et certainement sur votre moral aussi.

Comment fait-on pour s’en sortir?

D’abord, il faut cesser la surconsommation. Posez-vous la question : à chaque mois, est-ce que je dépense plus que mon revenu net mensuel? Autrement dit, êtes-vous constamment en train de vous endetter? La gestion de votre budget devient primordiale afin de réussir à renverser la vapeur. Un refinancement hypothécaire peut aussi être envisagé, c’est une façon de réutiliser l’équité de votre maison pour vous débarrasser de vos mauvaises dettes. Cependant, ceci implique de financer vos dettes qui étaient à court terme, sur le très long terme dans le but de libérer un montant mensuel important pour équilibrer le budget.

Éliminer les frais inutiles!

Avez-vous des assurances vie et invalidité sur chacun de vos prêts? Ces assurances peuvent vous couter de petites fortunes annuellement. Pensez plutôt à une assurance-vie temporaire qui englobera tous vos besoins en une seule police. Vous sauverez ainsi de l’argent mensuellement en plus d’être mieux assuré, car votre montant d’assurance ne sera pas dégressif contrairement aux assurances sur vos dettes. Le même principe s’applique pour l’assurance-salaire qui ne se limitera pas au montant de vos dettes mais plutôt à un pourcentage de votre salaire qui vous permettra de maintenir votre cout de vie jusqu’à l`âge 65 ans.

Un planificateur financier est en mesure d’avoir une vision globale de votre portrait financier afin de vous guider vers les bonnes actions à entreprendre dans la gestion de vos finances.

Types d’assurance vie

Avez-vous le bon produit d’assurance? Payez-vous trop cher? Avez-vous le bon montant d’assurance? Cet article peut vous éclairer.

Assurance temporaire

L’assurance temporaire est l’assurance ayant les primes les moins dispendieuses sur le marché. Ce type d’assurance permet de couvrir un risque pendant un nombre d’années généralement de 10, 20 ou de 30 ans. Le produit est moins cher puisque les primes augmentent à tous les renouvellements (10, 20 ou 30 ans). La compagnie est cependant obligée d’approuver le client au renouvellement et ce, sans preuves médicales. Généralement, l’assuré va couvrir un nombre d’années donné et annulera le contrat lorsqu’il n’en aura plus besoin (par exemple, lorsque les enfants seront autonomes, lorsque les dettes seront faibles). Ce type d’assurance peut être sous forme d’assurance-vie conventionnelle ou d’assurance hypothécaire. La principale différence est que le capital assuré (montant versé au décès) de l’assurance-vie hypothécaire diminue à mesure que le solde de l’hypothèque diminue alors que le capital assuré de l’assurance vie conventionnelle ne change jamais.

 

Assurance permanente

L’assurance permanente permet de couvrir un risque permanent. Il est évident que les primes sont plus élevées étant donné que la compagnie d’assurance va inévitablement être obligée de débourser le montant du capital assuré. Il y a deux principaux types d’assurance permanente, soit la vie entière et la vie universelle. La vie entière peut généralement prendre la forme d’une prime qu’on paie pendant 10, 15, ou 20 ans. Par la suite, la police est libérée (aucune prime à payer) et la personne demeure assurée. La vie universelle est plus flexible dans le sens où les primes peuvent être fixes ou croissantes. Il y a aussi une composante d’épargne libre d’impôt qui est possible avec ce produit. À titre d’exemple, l’assurance permanente peut être intéressante pour des gens qui désirent laisser un héritage à leur succession.

 

Analyse de besoins

La première étape avant de souscrire à une assurance-vie est de compléter l’analyse de besoins financiers avec votre conseiller. Cette étape est une façon de déterminer le besoin réel en matière d’assurance-vie. Il faut notamment tenir compte des actifs qui seront liquidables au décès, des passifs, des derniers frais, et des besoins de la famille (par exemple : les études des enfants, combler la perte de revenus du défunt). Cette étape est primordiale pour que les besoins de l’assuré soient bien comblés mais aussi pour éviter que celui-ci soit sur-assuré et qu’il paie des primes d’assurance inutilement.

 

Conclusion

Il est important de réviser votre dossier d’assurance lors de changements dans votre vie (naissance, endettement, nouvel emploi, autonomie des personnes à charge etc.). Vous ne perdez rien à venir rencontrer un spécialiste indépendant qui aura des solutions avantageuses pour vous.